Patrimoine en Haut-Sornin
Vous êtes ici : Accueil > La mine de galène de Propières

 

 

En fait, il serait plus juste de parler des mines de Propières, car il y en a eu plusieurs sur la commune. En 1929, six entrées étaient encore visibles.

La première mention bibliographique de ces mines remonte à 1459. Mais la mine visitable ce jour n'est certainement pas celle de cette époque. C'est la mieux conservée car probablement la dernière à avoir été exploitée entre 1904 et 1906.

Les conduits de la mine suivent un filon de galène (sulfure de plomb argentifère) avec d'autres minéraux dont la blanche barytine (sulfate de baryum). Ce filon est incliné de 20° par rapport à la verticale et a pris place dans un tuf volcanique induré, roche formant la montagne d'Ajoux.

La mine est restée ouverte jusqu'en 2004 et était suivie par l'association Terre & Nature qui y faisait des comptages de chiroptères depuis 1993. C'est la même association qui, à la suite de la fermeture de la mine par des glissements successifs de terre, a entrepris en 2008 le sauvetage et la restauration de ce site patrimonial très intéressant pour Propières.

À 100 mètres de l'entrée d'origine de la galerie subhorizontale, se présente un carrefour appelé communément "la bifurcation" avec la section de la galerie ancienne (datation non définie avec précision) sur la gauche de la photo : galerie totalement colmatée par un remplissage exogène et probablement anthropique arrivé par un dépilage subvertical débouchant en surface et, la galerie à droite de la photo, bien plus récente (19e siècle probable) qui a eu pour fonction de contourner les travaux anciens comblés et de retrouver le filon de galène 50 à 60 mètres plus loin.

Photo ?

Règlement de la visite de la mine :


dernière m.a.j. : 06.03.17