Patrimoine en Haut-Sornin
Vous êtes ici : Accueil > Histoire

 

 

Naissance d'Azolette

Le poste méridional de défense de la forteresse de Dun est à l'origine de la création de la paroisse d'Azolette, au début du XIIe siècle

Pendant le XIe siècle, les Vicomtes du Mâconnais résident dans leur capitale, la forteresse de DUN. Ils établissent sa défense sur les trois points cardinaux vulnérables : EST/OUEST/SUD. En effet, la dénivelée extrêmement pentue de 400 mètres environ au NORD, entre Dun et le lit du Sornin, rend la forteresse inattaquable par cette direction.

L'accès à la forteresse de Dun (photo 1) se fait par une voie Est-Ouest, en pointillé bleu clair, qui relie Aigueperse et Chateauneuf avec deux antennes rejoignant la forteresse de Dun (en pointillé violet). Il suffit donc de contrôler cette voie à l’OUEST comme à l'EST pour assurer la sécurité de Dun dans ces deux directions, ce qui est confié aux châteaux-forts du Banchet et de Chevagny le Lombard.

photo 1

À l’Ouest, le château-fort du Banchet (photo 2), résidence secondaire des Le Blanc, fut construit par le vicomte Hugues II (1040-1080) ; il sera très utilisé par la famille des Vicomtes car son altitude et son confort contrastent avec l’ambiance spartiate de Dun.

photo 2

À l’Est, c'est le château fort de Chevagny le Lombard (photo 3), construit à coté d'Aigueperse par son fils le vicomte Archimbaud II (1080-1100), qui est le deuxième point de défense de Dun.

photo 3

Au Sud, il était aussi indispensable de protéger Dun, compte-tenu du point faible créé par l'Iter publicum, permettant une invasion par le Mussy. Aussi, pour verrouiller le Mussy, le Vicomte Artaud II (1100-1120), fils d'Archimbaud II, aménage une Maison-Forte au Nord de la cuvette d'Azole en utilisant depuis l'Iter Publicum une nouvelle voie (photo 4, pointillé jaune).

photo 4

Il installe aussi une petite garnison permanente pour assurer le guet et la première défense en cas d’attaque. Autour de cette tête de pont, quelques serfs sont amenés et fixés dans des manses pour nourrir la garnison. La population, avec les habitants d’Azole, devient suffisante pour justifier la construction d’une petite église primitive (voir photo 4) dont on confie la conduite à l’abbaye de Saint Rigaud nouvellement fondée (1071) et toute acquise à la Vicomté. Azolette devient ainsi paroisse du Mâconnais.

L’existence d’Azolette est attestée dans le terrier de 1553, où le notaire Etienne Oysellier, propriétaire du domaine du Magnez, situé en dessous de la maison forte, est redevable « des fondations de la maison forte en ruine ».

Aujourd'hui encore, quelques ruines de ces fondations sont visibles mais situées dans le bois privé au dessus du nouveau poulailler. Le talus de protection de l’église est assemblé avec un bel appareil de pierres vieux de mille ans. Il est encore en bon état, visible autour de la grange qui a remplacé l'église primitive, au hameau Les Nivières (photo 5).

photo 5

L’acte de naissance d’Azolette ne porte que sur le défrichage de quelques hectares contigus au plan d’eau actuel. La partie d'Azolette au nord-ouest n'est défrichée puis cultivée qu'entre le XIIIe et la fin du XVe siècle en raison de l'aridité du sol. Ce plateau inculte du Haut Mussy apportera aléas, disette et même famine aux cultivateurs de l'époque.

Jean Mortamet


dernière m.a.j. : 06.03.17