Patrimoine en Haut-Sornin
Vous êtes ici : Accueil > Histoire

 

 

Les seigneurs en Haut-Sornin (1000-1180)

Au onzième siècle, alors que le Haut-Sornin demeure toujours impénétrable, les territoires limitrophes se développent : au nord le Mâconnais et au sud le Beaujolais

Jusqu’à la fin du dixième siècle, rien ne bouge en Haut-Sornin. Devant la carence totale des rois de France, des familles nobles et châtelaines des seigneuries en plaine, partent audacieusement à la conquête de la partie montagneuse du Haut-Beaujolais, de part et d’autre de la ligne de partage des eaux du massif du Saint Rigaud...

Le Onzième siècle voit essentiellement le développement de deux grandes familles : au Nord, une Vicomté à l’ouest du Comté Mâconnais et qui s'étend jusqu’à la Loire, créée par les Comtes de Mâcon. Intéressés essentiellement par la Bourgogne, ils délaissent l'ancien « Pagus Dunensis » plongé dans une complète obscurité. Cette vicomté sera dirigée par la famille le Blanc de 1030 jusqu'à la chute de Dun (1180). Au sud, la maison des Beaujeu, fondée par Bérard, qui possède une branche à Montmerle (en bord de Saône presque en face de Belleville) dont le châtelain, Guigue, petit fils du fondateur, est Vicomte du Lyonnais.

Guigue épouse Euphémie, fille de Narduin, Vicomte de Mâcon. Peu après, la charge vicomtale mâconnaise devient héréditaire.Donc, à la mort de son beau père, Guigue de Montmerle exerce la charge Vicomtale à la fois pour le Lyonnais et le Mâconnais et assure par son renom d’excellents débuts à la Vicomté Mâconnaise.

Guigue et Euphémie n’auront qu’une fille, Béatrice, qui épouse, au dixième siècle, Archimbaud Le Blanc, descendant d’anciens Vicomtes du Mâconnais.

Archimbaud Le Blanc, seigneur de Briennon (au bord de la Loire, en face de Pouilly-sous-Charlieu: le port de Charlieu), gros propriétaire dans la région, possède de nombreux biens à Chauffailles, Montmelard, Gibles, Bois Sainte Marie…

Guigue, avant de partir en pèlerinage à Rome, à la fin de sa vie (1030), transmet à son gendre la charge de la Vicomté Mâconnaise. La Vicomté , la maison des Beaujeu et la famille le Blanc se trouvent donc liées comme le montre le tableau généalogique ci-dessous.

Archimbaud agrandit la Vicomté de toutes ses possessions, et s’installe dans sa capitale, la forteresse de Dun.

De nombreuses tractations financières inféodèrent les le Blanc aux Beaujeu et lièrent Archimbaud III et Guichard III puis Artaud III avec Humbert III.

La Vicomté Mâconnaise disparaît, ainsi que la famille le Blanc, à la chute de Dun en 1180.

Jean Mortamet


dernière m.a.j. : 06.03.17