Patrimoine en Haut-Sornin
Vous êtes ici : Accueil > Géographie

 

 

Autres voies anciennes

Voies de communication au nord de Lyon au temps des Gallo-Romains

L’axe majeur du réseau routier au départ de Lyon, nouvelle capitale des Gaules, est construit au temps d’Auguste par Agrippa, au premier siècle. Il remonte le val de Saône jusqu’à Chalon où il se divise en trois branches : l’une vers Autun puis Auxerre et Paris, l’autre vers Trèves par Langres et Toul et la troisième vers l’Est de l’Europe par Besançon et Strasbourg.

La voie Chalon-Autun reprend en partie l’axe Eduen passant par sa capitale, Bibracte. Cette voie est indiquée en pointillés noirs sur la photo 1, ci-dessous, représentant la carte des voies romaines dans le terroir Eduen, faite par ROIDOT PELEAGE en 1856.

La nécessité de créer d’autres voies secondaires pour raccourcir le trajet de Lyon à Autun, par la Saône et Chalon, ainsi que de mailler l’économie, l’organisation sociale et religieuse par l’administration, en un mot coloniser le pays entre la Saône et la Loire, a conduit à tracer d’autres itinéraires ne figurant pas sur les cartes antiques (tables de Peutinger et itinéraires d’Antonin).

Cinq routes départementales Gallo-Romaines irriguent ainsi la région (photo 1) :


photo 1

Trois voies Nord-Sud à partir de Autun :

  • 1) voie violette : Autun, Le Creusot, St Gengoux-le-National, Cluny, Mâcon. Cette voie suit le tracé actuel du TGV depuis Le Creusot jusqu’à Mâcon.
  • 2) voie rouge : Autun, St Vallier, Suin, Ouroux, Avenas, Beaujeu, Belleville.
  • 3) voie verte : Autun, Toulon-sur-Arroux, Génelard, Charolles, La Clayette, Chauffailles, Les Echarmeaux, Beaujeu, Belleville (ou depuis Les Echarmeaux : Lyon par le Val d’Azergues). Cette route passe en limite sud d’Azolette.

Deux voies Est-Ouest reliant la Saône et la Loire :

  • 4) voie bleue : Mâcon, Tramayes, Dun (par une bretelle), Chateauneuf, Charlieu. Ce fut la voie très utilisée pour l'accès et la défense de Dun (voir Histoire : Naissance d’Azolette).
  • 5°) voie brique : entre Loire et Saône, Charlieu et Belleville, passant au sud d’Azolette, elle marque la séparation entre les tribus Eduennes et Ségusiaves. C’est « l’Iter Publicum ».

À la fin de la domination Romaine, il y avait un excellent réseau routier, bien entretenu, avec de nombreuses voies, en étoile, partant de Lyon à destination des ports océaniques. Par la suite, en absence de pouvoir politique centralisé, l’entretien fut inexistant, quant il rentra dans les corvées des paroisses par où les voies transitaient.

Jean Mortamet


dernière m.a.j. : 06.03.17