Patrimoine en Haut-Sornin
Vous êtes ici : Accueil > Un gros chêne à Azolette

 

 

Le 28 avril 1700, Jean Delacroix a acquis de Claude Coillard, laboureur à Azolette, la petite parcelle de terrain appelée du « gros chêne », située à proximité du Plumet, moyennant la somme de 40 livres. Ce gros chêne existe encore aujourd’hui en 2010. Ce qui permet de supposer qu’en 1700, il était déjà de taille respectable pour que l’acte le mentionne comme « gros chêne ». On peut admettre qu’il avait alors environ 200 ans et qu’a ce jour il atteindrait 500 ans.

Magnifiquement bien placé à la croisée de chemins sur la petite route du Cros, entre l’église et le cimetière, il est admiré par les passants. Il y a une centaine d’années, par un terrible orage, il a été foudroyé de haut en bas, coté sud. Pour le conserver selon la méthode de l’époque, la brèche a été bourrée de ciment.

Depuis, la cicatrice toujours très visible, s’est bien refermée. Ainsi, ne pouvant plus être transformé en planches par l’avidité des hommes, souhaitons qu’il reste là encore de nombreux siècles, admiré par tous, comme étant l’un des plus beaux chênes des monts du Beaujolais.

Claude Perroy

 

De tout temps, le chêne a été l'arbre des grandes forêts mythiques.

Les forêts de chênes ont été durant des siècles associées à la vie rurale (près de la moitié des feuillus) produisant des aliments pour bêtes,du tanin extrait des écorces, des matériaux de construction et du combustible.

Actuellement, le bois de chêne est utilisé en tonnellerie (merrains), ébénisterie, menuiserie, charpente, traverses, bois d'industrie, bois de feu suivant sa qualité qui varie énormément.

En Haut Sornin, il n'existe pas de chêne avec un bois de très grande qualité, contrairement à la forêt de Tronçais où la qualité est très grande pour un âge d'exploitabilité de 250 ans.

Photo P. Desmonceaux

 

Circonférence mesurée à hauteur d'homme : 5,10 mètres, soit un diamètre de 1,62 mètres.

Hauteur totale estimée : 31 mètres

 

Photo J. Chassy


dernière m.a.j. : 06.03.17