Patrimoine en Haut-Sornin
Vous êtes ici : Accueil > Histoire

 

 

Haut-Sornin : son histoire commence au XIe siècle

Au milieu de ce secteur vierge, inhabité depuis des millénaires, l’Histoire a essayé de trouver sa place

La zone du massif du Mont Saint-Rigaud restera couverte de taillis impénétrables et de hêtres en haute futaie pendant de nombreux siècles.

Elle ne sera qu’à peine effleurée par les invasions du dixième siècle. Les quelques raids hongrois ou sarrasins passeront « en coup de vent » le long de la Saône et ne laisseront aucune trace durable à l’intérieur du Mâconnais. Néanmoins, certains châtelains audacieux feront défricher le sol, en s’appropriant de grands territoires dans le Mâconnais montagneux et commenceront l’histoire du Haut-Sornin.

Le onzième siècle verra le développement de deux grandes familles de part et d’autre du massif du Saint Rigaud : au Nord les Le Blanc, Vicomtes du Mâconnais (photo 1) et au Sud la Maison des Beaujeu, florissante pendant de nombreux siècles.

photo 1 : Le Maconnais primitif

Depuis Charlemagne, le territoire de la France est divisé en comtés, suite des Pagus calqués sur les anciens diocèses.

Le diocèse Lugdunensis (Lyon) date du deuxième siècle ; il est limité au Nord par le diocèse Eduensis (Autun, à coté du mont Bibracte, capitale des Eduens) fondé au troisième siècle.

Au cinquième siècle, le diocèse Matisconensis (Mâcon), dont la paroisse d’Azolette dépendra jusqu’à la révolution est issu de ces deux précédents diocèses, alors que Propieres reste rattaché au diocèse d’Autun, en son extrême Sud/Est.

On verra que cette différence de diocèse entre Azolette et Propières ne permettra à Propières de devenir une paroisse qu’à la fin du XIIIe siècle alors qu’Azolette sera une paroisse dès le premier tiers du XIIe siècle.

Les Le Blanc installeront une Maison Forte prés du domaine d’Azole, pour protéger la forteresse de Dun, leur capitale, des attaques venant du Sud. Cette maison forte s’appellera AZOLETTE ou petite Azole.

Le douzième siècle verra une lutte d’influence entre le Vicomte et les Beaujeu qui contourneront le Haut Sornin et installeront à l’ouest une tour de guet à Azole et à l'est une Maison Forte à La Farge.

Un pacte scellé en 1166 entre les Comtes de la région pour ruiner les dépendances de Cluny, amènera le nouveau roi Philippe-Auguste à faire le siège, puis à détruire la Forteresse de Dun en 1180 afin d’installer son autorité comme roi de France.

Au treizième siècle, le religieux prendra le pas sur le politique et le rattachement de chaque paroisse à un diocèse (Autun pour Propières et Mâcon pour Azolette) entrainera leur indépendance jusqu’à la Révolution.

La suite de l’Histoire en Haut Sornin sera relatée par certains curés ou vicaires desservants de Propieres ; notre admiration va à l’abbé Comby penseur et exégète de l’histoire locale, puis à l’abbé Aubonnet dévoué à Propières pendant plus de cinquante ans comme vicaire puis curé et enfin à l’abbé Chatelet pour son résumé des écrits de l’abbé Comby.

Jean Mortamet


dernière m.a.j. : 06.03.17